Les compteurs en chinois et en japonais

Bien que de familles linguistiques différentes, la langue chinoise et la langue japonaise possèdent en commun des caractéristiques grammaticales n’existant pas ou peu dans nos langues latines, comme un mot se plaçant derrière un nombre et avant un objet pour définir une quantité .

.

Par exemple :

Français : il y a trois stylos bille

Japonais : borupen wa san-bon arimasu [“stylo bille, pour ce-qui-concerne(les stylos bille), trois-(compteur des objets longs), il y a”]

Chinois : you san zhi yuanzhubi [il y a, trois, compteur des stylos et cigarettes, stylo bille]

En japonais “bon” et en chinois “zhi” sont les compteurs qui permettent d’indiquer le type d’objet compté. En Chinois il permettra de compter les stylos et les cigarettes entre autres. En japonais, on comptera les objets longs. On se servira aussi des compteurs pour les questions, afin de ne pas répéter le nom, exemple :

Français : Combien il y en a t’il ? (de stylos bille)

Japonais : nan-bon arimasu ka [ combien-(compteur des objets longs), il y a,particule-interrogative-KA”]

Chinois : ji zhi [ combien, compteur des stylos et cigarettes ]

Les compteurs sont plus variés en chinois qu’en japonais. Mais dans les deux langues, on a un compteur “générique ” qui sera utilisé par défaut :

Japonais : tsu

Chinois : ge

.

Une bonne maîtrise de ces langues demande une bonne connaissance des compteurs.

FacebookDiggFriendFeedLinkedInMySpacePingTwitterYahoo BuzzShare